Le village de EPPES (02) Index du Forum
Le village de EPPES (02) Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Bienvenue 
                                                                                 

Invité

Bienvenue et bonne visite          

******************



Cliquez ci-dessous pour voir les photos et vidéos de la 2° fête de la moto et du quad du 3 Juin 2012

https://picasaweb.google.com/sodnikos/EPPES2012FeteDeLaMotoEtDuQuad



*******************


Suite à la demande de plusieurs habitants du village,
sachez que les photos du site sont téléchargeables :

* Placez votre souris sur la photo
* cliquez du bouton droit de votre souris
* cliquez sur "enregistrer l'image sous"
* Choisissez le répertoire ou vous destinez la photo sur votre ordinateur.
* Cliquez sur "Enregistrer"

Vous avez désormais la photo dans votre ordinateur.




**********
         
Laboureur en 1704

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le village de EPPES (02) Index du Forum -> EPPES -> Le village -> Incursions dans le passé par Jacques Chédaille
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Administrateur du site
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2008
Messages: 632

MessagePosté le: Jeu 10 Avr - 09:37 (2008)    Sujet du message: Laboureur en 1704

Simon CHEDAILLE est né en 1666, à Aippes (aujourd'hui Eppes). C'est le fils du boulanger du village.

Il n'a que cinq ans quand sa grande sœur, Marie, convole en justes noces avec Antoine de SOYE, maçon au village. Il est bien jeune, mais se souvient des pains, brioches et gâteaux qu'a confectionnés son père pour marquer l'événement.

Une première femme, Barbe FRANCART, rencontrée lors d'un tournoi de jeu de paume un dimanche, épousée en 1688 en l'église de la paroisse, lui donne trois enfants, Jean, Antoine et Pierre. Elle décède en février 1694, le laissant avec trois enfants de un, trois et cinq ans.
Il faut trouver des solutions de fortune, pour garder et soigner les enfants, faire appel aux voisins. Margueritte BRIDE, la fille d'Antoine, un copain avec qui Simon s'associe souvent pour des travaux des champs, aime les enfants et s'occupe bien de la maison. Les BRIDE et les CHEDAILLE sont de bons amis : Marie, la sœur de Simon a été la marraine de Pierre, un des frères de Margueritte BRIDE. Comme elle vient de plus en plus souvent chez Simon et que celui-ci ne lui semble pas indifférent, ce qui devait arriver arriva, la Margueritte se retrouve enceinte. Elle met au monde Antoine CHEDAILLE, quatrième enfant de Simon, le 12 mai 1696.

Il faut tout de même régulariser la situation matrimoniale. Simon et Margueritte se marient donc le 5 juin 1696, à la satisfaction de tous et notamment de monsieur le curé d'Aippes, Maître Guillaume Albert LEFEBURE, qui s'était un peu fait prier pour baptiser Antoine, alors que ses parents n'étaient pas encore unis par le sacrement du mariage devant la sainte église. Une poularde dodue à point, cadeau de Simon, a rendu le curé beaucoup plus compréhensif.

Les naissances se succèdent : une fille, Gabrielle, née le 4 mars 1697, un fils, Charles, né le 18 août 1698, la même année que Charles-Daniel le fils du seigneur d'Aippes.

Merveilleuse année que cette année 1698 : pour marquer l'année de la naissance de son premier fils, le seigneur a souhaité être le parrain des garçons prénommés Charles et nés dans la paroisse. Charles CHEDAILLE a donc eu comme parrain monseigneur de PROISY CHENAILLES, seigneur d'Aippes, et comme marraine mademoiselle Charlotte de PROISY d'Aippes.

Tous les habitants du village sont invités dans la cour du château, le 26 octobre 1698, jour de la naissance de l'héritier de PROISY pour festoyer avec le seigneur et le curé et déguster le vin des coteaux du Laonnois, célèbre à l'époque….

Margueritte, femme énergique et pleine d'allant, encourage Simon à voler de ses propres ailes en exploitant lui-même des terres dont il serait propriétaire. Simon hésite. Il se contentait jusque là de louer ses bras, son chariot et son cheval à d'autres pour transporter du bois ou de lourdes charges et, bon an mal an, il survivait. Il reconnaît cependant que Margueritte a raison.

Il parle à ses proches de cette idée de Margueritte. Ses beaux-parents, les BRIDE, eux-mêmes déjà propriétaires et exploitants, l'encouragent. Antoine de SOYE, son beau-frère, qui dispose de beaucoup de terres, est convaincu que l'idée est bonne et doit être mise en application.

Finalement, dans le mois qui suit sa première visite au notaire et parce que nous sommes en fin d'hiver et qu'il faut prendre une décision rapidement pour pouvoir labourer dès maintenant afin de semer dès le printemps, Simon accepte l'offre faite par Jean BRIDE, frère de Margueritte, d'acheter 50 verges de terre au lieudit la citadelle dont il connaît bien l'emplacement et la qualité de la terre pour l'avoir plusieurs fois labourée à la demande de Jean BRIDE.

Il profite d'un charroi à Festieux pour rendre visite au notaire afin de fixer la date de l'acte de vente. Celle-ci a lieu le 3 mars 1702, chez Simon.

Antoine de SOYE, de son côté, souhaite aider son jeune beau-frère, et propose de lui louer la totalité des terres dont il est propriétaire sur le terroir d'Aippes. L'offre est d'importance parce qu'Antoine dispose de nombreux lots sur le terroir, hérités pour certains ou achetés pour d'autres.

La famille de Simon et Margueritte continue à s'agrandir : un fils, André, naît le 9 mars 1700, une fille, Marie, le 28 février 1702 et un fils, Simon, le 12 mai 1705. Cette dernière naissance est fatale à Margueritte qui décède le lendemain.

Encore une fois, il faut trouver quelqu'un pour s'occuper des enfants. Cette fois c'est Margueritte MICHAUX, jeune fille de Parfondru qui vient aider Simon dans sa maison de la grand'rue du chemin de Laon. Les enfants l'adoptent sans trop de peine, Simon aussi!….



Pour connaître la vie de Simon en détail, reportez-vous à la page suivante :

http://chedaille.pagesperso-orange.fr/page9infopratiques.html

Dans les fascicules 1 et 2, vous ferez connaissance avec ses trois épouses et ses douze enfants. Pour un homme de l'époque, il est fréquent de devoir changer plusieurs fois d'épouses au cours de sa vie : les grossesses nombreuses et la mortalité fréquente des femmes en couches en sont les raisons.

Les hasards de la vie, ou son goût personnel, l'amèneront à prendre des épouses de plus en plus jeunes. Probablement stimulé par la jeunesse de ses dernières épouses, Simon prend des risques au cours de sa vie: il n'hésite pas à emprunter de l'argent pour louer des terres labourables et agrandir son domaine. A l'époque les banques n'existent pas et les prêteurs sont des bourgeois de Laon, la grand'ville la plus proche. L'acte notarié de reconnaissance de dettes est une pratique courante.

Fait rare pour l'époque, Simon sait lire et écrire.

Il va même jusqu'à s'associer avec un autre laboureur pour louer des terres en dehors de sa paroisse.

La chance est aussi avec lui, en la personne de sa sœur, mariée très jeune à un maçon qui sait travailler et transforme tous ses gains en bonnes terres qu'il ne peut exploiter lui-même. Simon en deviendra l'homme de confiance.

Vous verrez de près ce qu'est un bail à tiers franc ou un bail à moitié, dans la pratique de la location des terres, en compulsant les accords de location de terres mis en place par le notaire, personnage essentiel de la France profonde.

L'expérience de Simon est localement reconnue puisqu'il est désigné comme expert dans l'évaluation des terres qui constituent l'essentiel de l'héritage de son beau-frère, Antoine, le maçon.

Vous verrez aussi comment la coutume de l'époque oblige le père à assurer, par acte notarié, la subsistance de ses enfants jusqu'à l'âge de 15 ans, après le décès de la mère.

Les faits relatés datent de trois siècles. Ils permettent de mieux comprendre l'évolution de nos mœurs, et surtout de mesurer le chemin accompli.

Source : "Incursion dans le passé avec Jacques Chedaille" : http://chedaille.pagesperso-orange.fr


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 10 Avr - 09:37 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le village de EPPES (02) Index du Forum -> EPPES -> Le village -> Incursions dans le passé par Jacques Chédaille Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com